4 minute(s) de lecture

 

Manger du bio version informatique

Quitter le confort des GAFAM (qualité des services, gratuité), ce n’est pas facile. Faire le choix du logiciel libre, c’est faire le choix de manger du bio. La pomme est moche, verreuse et quand on la compare à une pomme bien rouge (façon celle que tend la sorcière à Blanche-neige), on a de quoi hésiter… Mais la pomme est bio. Une fois que l’on comprend les avantages de cette pomme bio, on est moins réticent à la manger, on comprend que son aspect peu ragoutant, moins commercial, moins facile d’approche, cache de nombreux bénéfices pour notre santé… (C’est pourquoi lorsque je donne des conférences sur le sujet, je ne parle pas de logiciel équivalent mais d’alternative. Le choix du mot alternatif est important. C’est autre chose).

Pour faire comprendre les problématiques et les enjeux de la centralisation des données personnelles au sein des GAFAM, et de montrer que des alternatives existent, il faut faire de l’éducation populaire. Et c’est ce que fait Framasoft (et d’autres). Ils agissent. Ils montrent. Ils démontrent. Ils essaiment. Ils diffusent la connaissance. Pour montrer qu’il est possible de manger bio version informatique, Framasoft propose un certain nombre de services en ligne, basé sur du logiciel libre, dans le cadre du projet de Degooglisation Dégooglisons Internet

Attention toutefois. Framasoft semble gratuit en apparence mais c’est gratuit car d’autres ont fait des dons, ont mis des sous dans un pot commun pour que chacun-chacune puisse profiter de ces services. Si l’idée vous venait de faire un don ponctuel, voir mieux, récurrent à Framasoft, la page de don est par ici : https://soutenir.framasoft.org/

Se réapproprier le cloud

Le soucis est que si tout le monde va chez Framasoft, cela ne fait que déplacer le problème, cela ne décentralise pas Internet, ça déplace juste une partie de nos usages et données personnelles de chez les GAFAM à chez Framasoft…

Du coup, de la même façon que l’on peut cultiver des légumes bios dans son jardin, on peut se mettre à l’autohébergement. Cela demande du temps, de l’invetissement personnel, de l’argent. Il faut apprendre, comprendre, partager avec d’autres, tirer profit de leurs propres expériences, partager les connaissances… Mais comme on ne va pas réiventer la roue à chaque fois, on peut utiliser des techniques et des outils qui facilitent la vie. Et c’est là qu’une solution comme Yunohost existe. De la même façon que mon voisin me donne des plants de tomate, ce qui m’évite d’avoir à planter des graines et à les faire germer moi-même, Yunohost permet d’automatiser et de faciliter la création de son cloud personnel, pour se le réapproprier et donc pouvoir manger du bio informatique. On pourra aller plus loin en se procurant une mini-serre avec des plants de tomates, l’équivalent informatique étant la Brique Internet (qui sera déjà préconfigurée) https://labriqueinter.net/.

CHATONS, les AMAP de l’informatique

Si on ne peut pas ou ne veut pas faire soi-même, dans le cadre de l’agriculture biologique, on peut se tourner ves des AMAP. Dans une AMAP, quelqu’un de confiance est directement en relation avec des agriculteurs et paysans, je lui délègue ma confiance. L’AMAP vérifie et me garantie que la pomme que j’ai dans la main est cultivée sans pesticide, produits chimiques… Mais ma pomme est plus chère que la pomme sans goût acheté dans le grand hypermarché…

Dans le cadre de l’informatique, si on est prêt à payer quelques euros par mois ou par an pour avoir de la qualité, du bio version informatique, on se tournera vers les AMAP de L’Informatique, qui se regroupent peu à peu sous le label CHATONS, le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires https://chatons.org/

Donc si on comprend l’intérêt de payer pour des services, alors on aura des produits de meilleures qualités, mais plus chers que la gratuité du GAFAM en contrepartie de nos données personnelles. C’est donc bien une alternative, et non une équivalence…

A suivre

L’essentiel est là. Pour le reste, ce sera en fonction des questions des personnes dans la salle et de ce que présentera Franciliens. Le support de la présentation sera mise en libre diffusion sur ce blog.

Document :

Les Tags – mots clefs de ce article

 


SOURCE @ https://blog.genma.fr/?De-Framasoft-a-Yunohost-reapproprions-nous-le-cloud

more