5 minute(s) de lecture

La première fois que j’ai croisé le mot power user, c’était chez Sebsauvage il y a plus de 10 ans.

La définition en Français « Utilisateur intensif » étant trop pauvre, je vais citer la version Anglaise de Power user : « A power user or experienced user is a computer user who uses advanced features of computer hardware, operating systems, programs, or web sites which are not used by the average user. A power user may not have extensive technical knowledge of the systems they use and is not capable of computer programming or system administration, but is rather characterised by the competence or desire to make the most intensive use of computer programs or systems ».

« Un power user peut ne pas avoir une connaissance technique approfondie des systèmes qu’il utilise et n’est pas en mesure de programmer ou d’administrer des systèmes informatiques, mais se caractérise plutôt par la compétence ou le désir d’utiliser le plus intensivement possible les programmes ou systèmes informatiques ». J’aime beaucoup cette définition car elle renvoie moins au niveau de l’utilisateur (débutant, expérimenté, etc.) qu’à son désir, son but : Utiliser le plus intensivement possible les programmes ou systèmes informatiques.

Cela me caractérise bien dans mon usage de l’informatique, bien mieux que sysadmin ou ingénieur ou administrateur systèmes et réseaux. Je ne me définis pas par un niveau mais par un désir, rechercher la manière la plus efficace d’utiliser les outils à ma disposition.

Frustration et impuissance

J’avais expliqué dans La quête mon parcours de Windows à GNU/Linux. L’élément déclencheur a été une terrible frustration : Être sysadmin, passer sa journée sur Windows Seven et ne pas pouvoir paramétrer ses outils exactement comme on le désire. J’étais au final impuissant devant ce système d’exploitation qui me limitait énormément.

Windows a beau proposer la plus large logithèque de tous les systèmes d’exploitation, on est limité et on n’y peut rien. Le système est conçu et vendu pour être utilisé par des centaines de millions de personnes, il n’est pas possible d’assurer un support, de proposer une expérience commune et cohérente si on laisse trop de possibilités et de choix aux utilisateurs.

Windows offre une base commune et solide aux débutants, professionnels, particuliers, etc. Microsoft en faisant cela s’adresse à une majorité écrasante d’utilisateurs mais se coupe totalement des usages différents ou plus pointus : Power users, curieux, bidouilleurs, hackers, « alter ».

Écosystème et culture

J’ai appris et compris que les mots à utiliser pour caractériser Windows et GNU/Linux n’étaient pas les mêmes. Windows amène une base commune et cohérente, GNU/Linux propose de faire des choix : systèmes d’exploitation (Debian, Ubuntu, ArchLinux, Fedora…) et bureaux (Gnome, KDE, XFCE, Mate…) entre autres.

Windows est finalement grand public même si il est relativement souple, GNU/Linux est exigeant car il impose à l’utilisateur de faire ses propres choix, de réfléchir à son usage, à ce qu’il veut, de comprendre et apprivoiser son système d’exploitation, de prendre ses responsabilités.

Windows est un système d’exploitation composé d’un seul bloc développé par Microsoft, GNU/Linux est un écosystème d’outils, de projets, de développeurs. systemd est majoritairement développé par Red Hat, Debian par le projet Debian, Gnome par le projet et la fondation Gnome, OpenSSH par quelques développeurs de OpenBSD.

Le support sur Windows sera assuré par Microsoft, par le technicien/sysadmin à votre boulot, par le voisin qui s’y connaît un peu. Sur GNU/Linux peu de distributions proposent du support autre que sur IRC, dans la documentation, dans les forums, avec d’autres personnes plus expérimentées. C’est une culture différente, on est bien moins assisté sur GNU/Linux que sur Windows, on est bien plus les mains dans le cambouis et à la recherche d’aide sur GNU/Linux. On est davantage sensible à l’entraide, aux tutos, aux gens qui développent sur leur temps libre, aux gens qui informent, qui dépannent. Aux gens qui sont là et qui font tout simplement.

La confiance est une question centrale qui nous habite car quand on enlève la relation commerciale et pécuniaire, il ne reste que les hommes, leur savoir faire, leur savoir être.

Compétences et responsabilités

Je suis chez moi à présent sur GNU/Linux. J’ai sculpté de toute pièce mon environnement informatique, celui qui me correspond au mieux, un système à mon image. Linux respecte l’utilisateur parce qu’il lui redonne le choix et les clés de son informatique. Windows se contente de masquer la complexité et de faire « les bons choix » à la place de l’utilisateur : « Pour tout résoudre, cliquez ici ».

Le problème demeure humain. Si l’utilisateur ne veut pas faire l’effort de comprendre et apprivoiser l’informatique alors il se rendra dépendant d’un tiers comme Microsoft qui entretiendra cette dépendance et en tirera ces revenus.

Dit autrement Windows est une béquille pour la majorité de ses utilisateurs, Linux est une prothèse bionique pour ceux qui se donnent la peine de l’apprivoiser et c’est définitivement l’utilisateur qui choisit entre dépendance ou pouvoir. Évidemment un grand pouvoir implique de grandes responsabilités… et pas mal de compétences.

Par


SOURCE @ https://www.blog-libre.org/2017/11/18/cheminement-dun-power-user-de-windows-a-gnu-linux/

more